AbracadaNews #2 Avril

Si je devais résumer en un mot le mois d’avril qui vient de s’écouler je dirais « Riche ».

Je crois que ce que j’ai vécu s’appelle un saut quantique. Je vous raconte tout. Le bon comme le moins bon. C’est l’heure du bilan.

 

 

🤓 BILAN DU MOIS D’AVRIL ðŸ¤“

 

#MeetTheUniverse

Le weekend du 6 avril j’ai pris l’Eurostar et je suis allée à la rencontre de Mike Dooley, l’homme qui se cache derrière les génialissimes « Notes From the Universe ». Celui qui m’a appris que « thoughts become things ». Monsieur Loi de l’Attraction. 

Ce samedi-là Mike Dooley partageait la scène avec une femme que je ne serais jamais allée écouter sans lui, une certaine Lorna Byrne, Madame Anges Gardiens. Et voilà ce que nous a dit celle qui communique avec eux : non seulement il parait qe nous avons tous des anges gardiens mais Lorna prétend en plus qu’il  y a un paquet de « unemployed angels » et qu’il suffit de les embaucher. Faites baisser le chomage chez les Anges Gardiens. Demandez leur de vous aider, ça nous coûte rien ! 👼 

Alors j’ai fait ce qu’elle m’a dit, j’ai demandé à mon ange gardien de m’aider, et depuis j’ai bien l’impression qu’une force supérieure m’aide véritablement. Je sais, ça a l’air barré mais c’est pourtant vrai. 

Au-delà des anges, s’il ne fallait retenir qu’une seule chose de l’intervention de Mike & Lorna, c’est ceci :

 

Purpose : la seule mission que tu as is to be You.

 

Souvent on a peur de prendre la mauvaise direction. Mais ce n’est pas la direction qui est bonne ou mauvaise. La bonne direction c’est d’aller là où tu te sens le plus alignée et connectée. C’est pas plus compliqué que ça. 

Ensuite Mike nous a refait un petit topo sur l’argent pour nous dire que money is good. Et que si tu n’en as pas, tu ne peux pas aider les autres. C’est pas compliqué à comprendre non plus. 

Give me more so that I can do so much more. 

En partant ils nous ont donné à chacun une carte avec un message dessus. La mienne disait ça : 

Listen ... and you'll hear the answers.

 

Il m’a fallu mon immersion business à Malte pour comprendre le sens profond et non erroné de ce message (je révèle tout plus bas à la fin du mois). 

 

#JeMenBasLesCouilles

Le 8 avril j’étais en studio avec Karole Rocher pour une magnifique interview et comme je ne sais pas si cette itw sera un jour diffusée j’ai quand même envie de vous révéler le secret de son succès  :

 

Karole Rocher s’en bas les couilles (ou les ovaires, comme vous voulez).

 

Karole Rocher n’a pas démarré sa vie easy. On peut même dire qu’elle en a chié. Et pour surmonter tout ça et devenir la putain de femme qu’elle est aujourd’hui, son mantra a toujours été : je m’en bas lec’.

Alors faites comme elle, jetez vous à l’eau et n’en ayez rien a foutre de ce que les autres penserons. N’écoutez que vous. 

On se ressemble un peu non ? 

 

 

#HappyGloryMe

Le 13 avril c’était mon birthday. J’ai eu 41 printemps et je peux affirmer que je n’ai jamais été autant alignée avec ma véritable identité (et ce n’est que le début). Je ne cesse de me transformer depuis le jour où j’ai décidé d’avoir un enfant, mais cette année je suis en train de m’élever véritablement, là où j’ai toujours voulu aller : juste au-dessus du niveau de la mère. Et je compte bien embarquer un maximum de femmes et d’hommes avec moi. Alleluia !

 

 

#PassionPodcast

Je vous racontais dans ma dernière newsletter à quel point j’étais happy de reprendre la saison 2 du podcast Regard parce qu’au-delà de prendre mon pied en studio j’étais alignée dans ma mission de vie (= empowerer les femmes). Bon ben cette mission de vie n’était pas du tout partagée par celles pour qui je travaillais et le 15 avril je me suis faite dégagée. Manu Militari. Ça faisait plusieurs semaines que je ne flanchais pas face aux oppositions diverses et variées auxquelles j’étais confrontées. Et au bout d’un moment ça a pété. J’avais mis en boite de très jolies interviews d’Elsa Wolinski, de China Moses, de Chloé Oliveres et pour finir de Karole Rocher, mais quand j’ai envoyé la retranscription de ma pré-interview avec Margaux Klein on m’a rétorqué que je ne pouvais pas avoir à mon micro une femme qui disait qu’elle se sentait mal quand elle faisait 74 kilos et qui était heureuse d’avoir trouvé la solution pour atteindre son poids de forme qui est de 55 kilos. Margaux avait beau avoir précisé dans la pré-interview « attention, je ne dis pas que toutes les femmes doivent faire 55 kilos, je dis juste que moi c’est mon poids de forme et que c’est ainsi que je me sens bien ». Mais ça n’est pas passé. Because #BodyPositive mon cul. Et because le fucking politiquement correct. Il faut dire que j’avais commis la grave erreur quelques semaines auparavant d’avoir voulu interviewer une femme que j’admire beaucoup, l’autrice iranienne Chahdortt Djavann.

Voilà son histoire : cette femme est née et a grandit en Iran. Et elle a vécu la révolution islamique. A l’âge de 13 ans on l’a arrêtée devant son collège parce qu’elle distribuait des tractes, on l’a enfermée, rouée de coups. Elle est sortie de prison avec plusieurs côtes cassées et deux amies assassinées. Ensuite on l’a obligée à porter le voile, comme toutes les autres femmes de son pays. Chahdortt Djavann sait donc ce que c’est que d’être forcée à porter le voile et surtout elle a décidé d’en parler de façon engagée. Quand son livre « Les putes voilées n’iront jamais au paradis » est sorti je l’ai lu d’une traite et j’ai eu la confirmation que le voile était un symbole grave, conçu pour effacer la femme, la culpabiliser d’exister, et lui ôter toute envie de s’émanciper.

Le français est la 7ème langue que Chahdortt Djavann a appris et elle manie tellement bien la langue de Molière qu’elle a écrit tous ses romans directement dans cette langue qui n’est pas la sienne. Et Chahdortt fait des analogies puissantes. Par exemple elle a dit dans une interview que le voile était l’étoile jaune de la femme. Et quand ma rédac Cheffe qui est de confession juive a lu ces lignes elle a failli s’étouffer avec son bagel. Elle m’a demandé d’annuler l’interview car tellement choquée par cette analogie. Or moi je trouve cette analogie très intelligente (faut-il rappeler ici ce qu’est une analogie ?). Avant je l’aurai sans doute bouclé afin de ne pas faire de vagues. Mais j’ai décidé en janvier que je ne dirai plus que la vérité (la mienne en tous cas) et puis quand on s’appelle Cousteau on n’a pas peur des vagues. Donc j’ai osé rétorquer que je trouvais l’analogie tout à fait pertinente. Mais comme rien ne peut être comparé au génocide juif, pas même les femmes lapidées (faut-il rappeler ici ce qu’est une analogie ? bis repetita), ce jour-là j’ai perdu 10 000 points. Quelques semaines après, quand j’ai expliqué pourquoi je pensais qu’il était important de donner la parole à Margaux Klein parce qu’elle apportait des clés pour aider les femmes à se sentir bien, on m’a rétorqué que ce podcast n’était pas là pour empowerer les femmes. Et on m’a précisé que - quand même - cette histoire d’étoile jaune n’était pas passée du tout. Donc on m’a virée en me disant « tu es une intervieweuse de talent, ta voix est magnifique, ce sera sans doute moins bien sans toi, mais on préfère continuer sans toi. »

Sur le coup j’étais très triste. Et en colère un peu aussi. Et puis 24h après je me suis rendue compte qu’une fois de plus l’Univers prenait les bonnes décisions pour moi. J’ai décidé d’être dans ma mission de vie et dans ma vérité. Et je n’en dérogerai pas. Et si ça ne doit pas passer par le podcast Regard ça passera par un autre podcast. Dans lequel je ferai ce que je veux. Et évidemment cet autre projet de podcast n’a pas tardé à faire son apparition. En collaboration avec deux autres podcasteuses que j’adore. J’ai tellement hâte de vous en parler et de vous annoncer son lancement 🚀  !

 

#BurningNotreDame

Cette même journée je vois la flèche de Notre-Dame partir en fumée depuis mon balcon. Et moi les lieux de culte qui brûlent ça me connait. Alors je décide de faire ma 1ère IG TV. 

 

#BonjourRichesse

Dans ma dernière newsletter je vous racontais aussi que j’avais fait all-in avec mes économies et que j’avais cliqué sur le bouton vert à 5000€ pour une immersion business. Mais quelle riche idée j’ai eu ! Cette immersion c’était celle de Margaux Klein. Quatre jours à Malte enfermée avec elle et 7 autres entrepreneur.e.s. Alors je ne sais pas s’il existe un gif pour vous illustrer ce que j’ai vécu mais c’était un mélange

de ça  ,

de ça  ,

et de ça 

 

La puissance de cette femme de seulement 29 ans, je n’en reviens pas ... Pendant 4 jours Margaux a réussi à nous faire lâcher les émotions les plus tenaces auxquelles chacun.e de nous était accroché.e comme une moule à son rocher. Elle a gratté comme une malade jusqu’à ce qu’elle réussisse à faire jaillir le diamant qui était en nous. Elle a fait péter nos bloquages personnels et nous a reconnecté à notre Grande Vision. Grâce à Margaux j’ai compris que la première personne que je devais interviewer et écouter c’est pas les autres, c'est bibi (cf la carte de Mike Dooley supra). Bref, c’était d’une richesse incroyable. Et je peux vous dire que désormais je ne m’offrirai plus que des coachings à ce tarif-là. Parce que j’ai enfin compris qu’on reçoit la valeur du prix annoncé, a minima. J’ai enfin compris que je le mérite.

Et puis j’ai aussi compris qu’on est la somme des 5 personnes qu’on fréquente le plus. Donc elle, je ne la lâche pas. Pour moi. Pour vous. Je vais vous embarquer avec moi et vous apprendre à voir grand Ladies. 

#Transmission

 

Allez, je vous laisse j’ai une immersion Féminin Sacré à préparer. ðŸ”¥

 

Love & Força

💪💛💪

Clémence Cousteau alias Captain Sheroe